La SABRETACHE

SOCIETE D'ETUDES D'HISTOIRE MILITAIRE

Association reconnue d'utilité publique

Rechercher dans les archives de La Sabretache

JAPON-MANDCHOUKOUO contre URSS-MONGOLIE EXTERIEURE

129 jours d’un conflit méconnu en Extrême-Orient 11 mai-16 septembre 1939, Khalkin Gol (Nomon Han) Par le Dr. J. Renault (extrait du Carnet n° 137). Le cadre historique de l’affrontement russo-japonais Le déclin de l’empire chinois, au XIXe siècle, fit le jeu des expansionnismes occidentaux, russes et japonais et provoqua le choc de ces deux derniers, les Russes s’étendant vers l’Asie centrale et orientale d’Ouest en Est, les Japonais en sens inverse. Les Japonais, pour des raisons stratégiques, recherchaient un glacis protecteur – le Japon est à moins de 250 km du continent -, également pour des raisons démographiques et, surtout après 1925, économiques – richesses agricoles et minières, ouverture de nouveaux marchés compensant la fermeture des précédents. Pour l’armée rouge, ce fut son premier engagement massif extérieur depuis les années 20. Un très bref historique éclaire le sujet. – 1845, la Chine est gouvernée par la dynastie mandchoue. Tout commence cette année là avec la guerre de l’opium déclarée par les Anglais. Elle sera suivie par toute une série d’autres conflits impliquant parfois d’autres puissances européennes et, à la fin le Japon. Chaque conflit se termina par un traité désavantageux pour la Chine et la cession de comptoirs ou territoires (Hong-Kong, Changhaï, l’Indochine, la province de l’Amour, etc.). – 1898, tandis que les Russes s’installent à Port-Arthur et en Manchourie, les Japonais annexent la Corée et Formose. – 1905, guerre russo-japonaise. Les Russes sont battus sur mer à Tshoushima, sur terre à Port-Arthur et en Mandchourie. – 1911, la révolution éclate en Chine avec à sa tête, Sun Yat-Sen. La république est proclamée, mais elle se disloque rapidement. La Mongolie fait sécession, les généraux,  » seigneurs de la guerre « , se conduisent dans leurs provinces comme des chefs indépendants. – 1917, c’est la révolution d’Octobre. L’empire russe se décompose. 7000 Américains et 80 000 Japonais débarquent à Vladivostok pour contrôler le Transsibérien. Les Chinois se réinstallent en Mongolie. Une république d’Extrême-Orient se forme. De 1917 à 1922, la guerre civile fait rage entre les armées blanches de l’Ataman Simonov et la NRA (Narodno Revolioutsionnaia Armiia) qui repoussera les Blancs en Mandchourie. Cependant un lieutenant de l’Ataman, le baron Ungarn Sternberg, continue la lutte avec sa division cosaque et des mongols blancs (10 000 hommes, 37 mitrailleuses, 20 canons), bouscule les Rouges et gouverne la Mongolie de mai à juin 1921. Appelés par le pseudo gouvernement révolutionnaire de Soukhe Bator, l’armée rouge et la NRA, fortes de 25 000 hommes, 20 canons et 2 trains blindés, conquièrent le pays après deux mois de dures batailles (juillet-août 1921). Livré par trahison, Ungarn est fusillé en septembre. La Mongolie vas désormais rester dans l’orbite soviétique (république populaire en 1926, traité d’alliance en 1936). – de 1926 à 1937 , Tchang Kaï-Check et le Kuomintang reconstruisent l’armée Chinoise avec l’aide de conseillers soviétiques (maréchal Blücher). Tchang entreprend la reconquête de la Chine...

Lire plus